Historique

En septembre 1928, une famille de cavaliers arrive à la Baule.
Elle installe un manège dans les anciennes écuries de l’avenue des Platanes.
A cette époque, cette avenue se trouvait à proximité de la forêt avec accès par l’allée cavalière : c’est elle qui a donné son nom au manège.
Il s’agit de Mr Louis et de son fils Antoine, surnommé « Padou » sortant du 12ème cuirassiers de l’Ecole Militaire.
Ils prirent tous les deux en main ce manège entraînant leurs propres chevaux de courses et de concours montés par Padou.
Puis vinrent la guerre, l’occupation…et pour Padou, le retour d’Angleterre avec reprise du manège pour la satisfaction de tous ses élèves et amis.
Les activités ne cessent de croître et de se diversifier. Avec son épouse, Odette, Padou fait face et les Platanes se portent bien

En 1969, on se trouve tout à coup à l’étroit. Il faut changer de cap, s’implanter ailleurs dans un cadre plus vaste et fonctionnel. Et l’on choisit l’orée de la forêt derrière l’aérodrome.
Philippe Louis, le frère d’Antoine, qui est architecte dessine les nouvelles installations qui seront mieux adaptées : nombreux box bien équipés, deux carrières et un manège couvert inauguré le 7 mai 1972 par Mr Olivier Guichard, ancien ministre et député maire de La Baule.

Odette et Padou repartent de plus belle.

Hélas, Padou n’aura guère le temps de profiter de sa nouvelle entreprise. Il disparait subitement en 1975.
Et aujourd’hui en hommage à sa mémoire, la route des Ecluses qui conduit au club porte son nom.

D’où le « Manège des Platanes », avenue Antoine Louis.

Son épouse Odette ne se décourage pas et reprend les rênes avec la collaboration de l’instructeur Alain Fontenelle jusqu’en 1984 date à laquelle il rachète le manège.

Ce dernier vendra le Manège des Platanes le 1er Octobre 2009 à un jeune moniteur diplômé, Damien Haddad qui souhaite redonner tout son éclat à cet écrin fait pour les chevaux.

Sources de renseignements : Mme Odette Louis Articles de journaux dont l’Information Hippique de juin 1978